_QUESTIONS QUE VOUS POURRIEZ VOUS POSER ?

Qui sont Lou Camino & Coralie Vincent ?

Issue de formations en physique, journalisme scientifique et sociologie du cinéma, Lou Camino est auteur et photographe. Curieuse, passionnée et un brin rêveuse, elle souhaite, avec le projet Objectif3280, tester une expérience grandeur nature de création collective.

De formation interdisciplinaire (audiovisuel, instrumentation, informatique, cognition, musique), Coralie Vincent gère la composante technique de projets de recherche en sciences humaines et/ou artistiques aux thématiques variées, à l’intersection des arts et des sciences.
+
+

Pourquoi 8 générations et 3 descendances seulement ?

Tout simplement parce que, plus ces nombres augmentent, plus l’opération devient complexe, et donc difficile à gérer.
Un peu de mathématique s’impose. La première photo a trois échos potentiels, qui eux-mêmes en ont chacun trois, soit neuf au total, qui eux-mêmes en ont chacun trois donc 27 en tout et ainsi de suite… Ainsi, si la 8e génération est complète, elle comptera 2 187 photographies. Et au final, si aucune lignée n’est stoppée en cours, notre arbre rassemblera 3 280 images.

Une montagne vue d’ici, dont l’ascension se fait progressivement, ce qui divise d’autant les efforts à fournir pour en atteindre le sommet ! Nous aurions pu nous contenter d’une seule ou de deux descendances mais alors le projet n’aurait pas du tout eu cette interactivité qui a fait le succès des deux premières éditions.
+
+

Que se passe-t-il si une photo ne reçoit aucun écho ou seulement un ou deux ?

Certaines lignées inspireront effectivement peut-être plus que d’autres. Ainsi, si aucun écho n’est reçu pour une photo, sa lignée s’arrêtera tout simplement là. Si un ou deux échos sont envoyés, la lignée se poursuivra. Dans les deux cas, le nombre total de photographies à la fin de l’expérience en sera forcément drastiquement réduit.
+
+

Que deviendront les photos une fois l’expérience terminée ?

Les arbres des trois premières éditions sont visibles ici.

Les possibilités de déclinaison sont ensuite larges. Un montage vidéo des photopoèmes ? Un livre numérique ? J’espère toujours faire une exposition à partir de ces éditions, même si cela ouvre une nouvelle série de questions, notamment sur la mise en espace d’un projet aussi tentaculaire. L’endroit, qui doit avoir une certaine taille, reste à trouver… Donc, si vous êtes une galerie, un lieu d’exposition et êtes intéressés par le projet, ou si vous connaissez un lieu qui pourrait l’accueillir, n’hésitez pas à me contacter.